4 semaines ago

Obésité infantile

L’obésité est définie comme une accumulation anormale ou excessive de la graisse corporelle pouvant nuire à la santé. C’est une maladie chronique pouvant entraîner de nombreuses pathologies telles que le diabète, l’hypertension, les maladies cardiaques… 17% des enfants sont en surpoids ou en obésité en France dont 5% d’obésité.

Comment est déterminé un surpoids ou une obésité chez l’enfant ?

Chez l’enfant, il est difficile d’identifier un surpoids ou une obésité à l’œil nu. Ainsi, pour les déterminer, on utilise le calcul de l’IMC, le tour de taille ou encore la courbe de corpulence.

L’IMC est calculé de la même manière que chez l’adulte, le poids en kilos divisé par la taille en mètre carré. Cependant, l’interprétation des résultats sera différente, par exemple un IMC de 23 kg/m2 d’un enfant de 10 ans détermine un surpoids.

L’IMC chez l’enfant comporte 3 phases :

  • Entre 0 et 12 mois : IMC qui augmente due à une prise de poids chez le nourrisson
  • Entre 1 et 6 ans : l’enfant s’affine et donc l’IMC diminue
  • De 6 ans à l’âge adulte : augmentation de l’IMC introduit par un rebond d’adiposité

En plus de l’IMC, on utilise la courbe de corpulence pour déterminer un surpoids. Elle est établie à partir de la taille, du poids, de l’âge et du sexe de l’enfant. Le suivi de la courbe doit être réalisé par le médecin au minimum deux fois par an pour s’assurer qu’elle ne présente pas une montée brutale signalant une prise de poids de l’enfant.

Petit conseil : Les 1000 premiers jours de l’enfant sont déterminants, c’est pour cela, qu’il est indispensable de suivre la taille et le poids de l’enfant pour prévenir un surpoids !

A quoi correspond le rebond d’adiposité ?

Chez l’enfant, vers l’âge de 6 ans, on observe sur la courbe de corpulence, un rebond d’adiposité. C’est durant cette période que l’enfant est composé de peu de masse grasse et qu’il va commencer à la reprendre progressivement. S’il survient avant cet âge, on le nomme rebond d’adiposité précoce, l’enfant témoigne alors d’une prédisposition au surpoids ou à l’obésité avec un apport alimentaire trop important par rapport à l’âge de l’enfant.

Déterminants du surpoids de l’enfant :

L’obésité est généralement causée par une augmentation des apports alimentaires et/ou à une diminution des dépenses énergétiques. Depuis plusieurs années, on observe une diminution de la dépense énergétique chez les enfants. Elle est due à l’abondance des jeux sur consoles ou ordinateur et à l’émergence des téléphones portables. Au cours de ses activités, les enfants ne dépensent pas d’énergie et ont tendance à grignoter.

En plus de l’excès de calories, de la sédentarité ou encore de la génétique, d’autres facteurs influencent l’obésité tels que : les facteurs psychologiques, les difficultés socio-économiques, le manque de sommeil… La grossesse de la mère, au même titre, joue sur l’obésité : on dénonce ici le surpoids de la mère, mais également du père, une mauvaise alimentation, un diabète gestationnel, ou encore une consommation de tabac.

Connaissez-vous les différents styles éducatifs des parents et leur action sur l’alimentation ?

Il existe plusieurs styles éducatifs ordonnés par les parents :

  • Style autoritaire : l’enfant doit écouter les exigences parentales sans discuter, il y a très peu d’affection au sein de la famille. En matière d’alimentation, on a une perturbation des capacités de l’enfant à réguler ses quantités de consommation puisqu’il doit « finir son assiette » ou « manger ce qu’on lui donne à manger, sans écouter ses préférences ».
  • Style négligent : l’enfant est libre de ses actes, les parents négligent l’éducation de leur enfant et il n’y a pas de règles établies. En ce qui concerne l’alimentation, l’enfant consomme peu de légumes et de fruits et multiplie les grignotages.
  • Style démocratique : Les parents fixent des règles, un cadre de vie, mais laissent tout de même les enfants vivre, interagir, profiter avec une dimension affective contrairement au style autoritaire. C’est le style le plus recommandé, « idéal », il favorise la consommation de fruits, légumes et produits reconnus pour être de bonne qualité nutritionnelle : un régime équilibré.
  • Style permissif : Les parents font l’éducation à leur enfant, tout en apportant énormément d’affection et beaucoup de liberté. L’enfant doit généralement prendre des décisions. Au niveau de l’alimentation, les enfants ont tendance à manger peu d’aliments de bonnes qualités nutritionnelles.

En plus de l’impact sur l’alimentation de l’enfant, le style éducatif donné par les parents influence la personnalité de l’enfant. Il détermine les performances scolaires, les relations sociales, la psychologie, la confiance en soi et tout le mode de vie.

Ainsi, quelles sont les conséquences pour la santé de l’enfant ?

Certaines conséquences du surpoids ou de l’obésité restent silencieuses tandis que d’autres vont avoir un impact sur le comportement mental et physique de l’enfant.

Dans un premier temps, les risques pour la santé ne sont pas négligeables pour l’enfant puisqu’ils peuvent apparaître dès l’enfance, mais aussi à l’âge adulte. On note les troubles du sommeil, les essoufflements, l’asthme, l’hypertension, la résistance à l’insuline entraînant un diabète, une hausse du cholestérol, une anomalie cardiaque…

L’impact sur la santé mentale de l’enfant est souvent invisible, mais à ne surtout pas négliger. Il peut être l’objet d’harcèlement de la part de ses camarades, de moqueries, un mal-être, une baisse de l’estime de soi, des angoisses…

Comment diminuer le poids de l’enfant ?

Après un diagnostic de surpoids ou d’obésité établi par le médecin ou le diététicien, le régime n’est pas une solution pour faire perdre du poids à l’enfant. Lorsqu’il est en croissance, un maintien de poids est suffisant pour diminuer la courbe de corpulence et l’IMC. L’influence des parents sur le comportement alimentaire est un enjeu majeur dans cette stabilisation du poids. Il faut qu’ils apprennent à leur enfant, mais également à eux même, à manger équilibré et à pratiquer une activité physique pour le bien-être physique et mental de l’enfant.

Lorine TRAMEAU
Ingénieure Nutritionniste chez Nutrimis