4 mois ago

La diversification alimentaire chez le nourrisson, comment débuter ?

Les deux premières années de vie du nourrisson sont très importantes du point de vue nutritionnel. En effet, la période située entre la naissance et l’âge de deux ans est la période la plus sensible et délicate pour la croissance, la santé et le développement de l’enfant. Il est donc important pour vous les parents de vous engager en faveur de la santé de votre enfant avant même sa naissance et cela commence dès la grossesse pour les mamans. 

Dès les premières années de sa vie, un bébé construit et prépare son avenir : avant l’âge de deux ans, son cerveau peut former 1000 connexions neuronales à chaque seconde ! Pendant cette période, le nourrisson passe d’une alimentation exclusivement lactée à une alimentation diversifiée et il acquiert également les bases qui lui permettront ensuite d’apprendre et de s’épanouir. Cependant l’alimentation de l’enfant est souvent une source d’inquiétude chez les parents. Le bébé grandit et vous vous demandez quel aliment il peut manger et si l’heure est venue pour lui de manger comme un grand ou pas. N’ayez crainte, vous n’êtes pas seuls, nous comprenons votre inquiétude et nous avons décidé de vous aider à y voir plus clair. 

Pendant la grossesse et jusqu’à l’âge de deux ans, l’enfant a besoin d’une réelle attention sur son alimentation car il est sensible aux apports excessifs de certains aliments. Un bébé avec une alimentation bien équilibrée est un futur adulte avec de bonnes habitudes alimentaires, votre rôle est de lui faire découvrir de nouvelles saveurs, une à une, pour l’habituer à la variété alimentaire tout en respectant sa physiologie et ses besoins.

Alors, quel aliment correspond au nourrisson, comment l’introduire et à partir de quel âge ? nous allons vous répondre dans cet article.

L’allaitement est-il vraiment meilleur pour le bébé ?

L’alimentation pour le bébé de 0 à 3 mois est exclusivement au lait maternel, le lait maternel est en effet le meilleur aliment pour un nourrisson, c’est le plus naturel. Mais l’allaitement permet également au nourrisson d’indiquer à sa mère quand et combien il désire boire. Le lait fournit au bébé tous les nutriments nécessaires pour un bon développement. L’organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de privilégier l’allaitement pour son enfant lors de ces premiers mois de vie. A 1 mois, bébé boit beaucoup. En effet, il peut demander jusqu’à 12 tétées par jour. Le lait maternel limite les allergies alimentaires et prévient l’obésité mais permet aussi de créer un lien si fort et étroit entre le bébé et sa maman. 

Au cours du troisième au quatrième mois, le bébé est nourri par une alimentation exclusivement lactée, c’est-à-dire au lait maternel ou avec du lait infantile. La règle d’Appert (1/10 du poids + 200 à 250) permet de guider les bonnes quantités de lait au quotidien variables en fonction de l’appétit du nourrisson. En moyenne, il y a un écart de 4 heures entre chaque biberon de durée plutôt variable mais qui ne dépasse pas 45 minutes. A la fin de la tétée, bébé doit évacuer l’air dégluti sous forme de rots. Seule l’eau faiblement minéralisée est autorisée entre les biberons et seulement si votre bébé le réclame. Il ne faut surtout pas forcer votre bébé à finir son biberon, ni être beaucoup trop strict sur les horaires.

Comment introduire les différents aliments ?

C’est entre le 4ème et le 6ème mois que la différenciation alimentaire peut débuter. A cet âge, on peut introduire progressivement les légumes et les fruits dans l’alimentation du nourrisson. La cuillère pour bébé fait son apparition ! En effet, au cours de cette période, le lait seul n’est plus suffisant pour satisfaire les besoins de votre enfant. Vous pouvez commencer par des soupes ou des purées de légumes épaisses en complément du lait en proposant à votre nourrisson un légume par jour afin qu’il apprenne le goût particulier de chaque légume. Les carottes sont à éviter en cas de constipation ainsi que les légumes à risques allergiques : tomates, poivron, chou, navets, etc… Ensuite après environ 15 jours de prise de légumes, bébé peut commencer à manger des compotes de 16 fruits, sans sucre ajouté si possible, et de préférence préparées à la maison. Certains fruits tels que les fraises ou les kiwis sont responsables d’allergies, il est donc impératif de reporter leur consommation au-delà de l’âge d’un an. Pendant cette période, il est également possible d’introduire les farines dans la nourriture du nourrisson en ajoutant par exemple deux cuillères à café de farine sans gluten dans le biberon de votre bébé.

De 6 à 12 mois :

Les nourrissons mangent des aliments nutritifs différents et à quantités qui varient d’un jour à un autre selon leurs besoins journaliers, c’est pour cela que les parents doivent prendre soin de leurs enfants pour qu’ils grandissent dans des conditions appropriées en bonne santé. Vers l’âge de 6 mois, le développement des bébés augmente drastiquement ainsi que leurs besoins en énergie et nutriments donc ils ont besoin plus d’attention et plus d’apport en nourriture varié et complet. 

À 6 mois d’âge, le nourrisson continue à consommer le lait de sa maman comme source primaire de nutrition ; mais il ne suffit pas seul. Il doit recevoir d’autres types d’aliment solide dans son régime, comme les légumes, fruits, fromages blancs, céréales, viande blanche mixée…etc. en plus du lait maternel, pour répondre aux besoins nécessaires à sa croissance. Les premières fois que l’enfant commence à consommer les aliments solides, c’est conseillé de les introduire à votre bébé après l’allaitement, ou entre les tétées. A cette période, il est crucial qu’il continue à recevoir le lait maternel le plus que possible, puisque à ce stade le lait maternel reste toujours important pour son bon développement et sa croissance. Il faut introduire les aliments à votre bébé avec précaution, et veillez à ce qu’il ne tombe pas malade. Lorsqu’il commence à bouger et à explorer, les bactéries peuvent se propager de ses mains à sa bouche. Protégez votre bébé contre les maladies en vous lavant les mains et les siennes avec du savon avant de préparer la nourriture et avant chaque tétée.

De 6 à 8 mois :

Entre l’âge de 6 et 8 mois, donnez à votre bébé une demi-tasse d’aliments mous deux à trois fois par jour. Votre bébé peut tout manger sauf du miel, qu’il ne doit pas manger avant l’âge d’un an. Vous pouvez commencer à ajouter une collation saine, comme de la purée de fruits, entre les repas. À mesure que votre bébé reçoit des quantités croissantes d’aliments solides, il devrait continuer à recevoir la même quantité de lait maternel. 

Bébé mange seul : A quel âge et comment l’aider ?

Entre 9 et 11 mois, vous pouvez donner à votre bébé une demi-tasse de nourriture trois à quatre fois par jour, ainsi qu’une collation saine. A cette période vous pouvez arrêter d’écraser les aliments mous et les couper en petits morceaux. Vous pouvez même le laisser manger tout seul avec ses doigts. Continuez à l’allaiter chaque fois qu’il a faim. Vous devez donner à votre bébé des repas à la fois faciles à manger et riches en éléments nutritifs. Faites en sorte que chaque cuillère compte.

Le régime de votre bébé doit être riche en nutriments et en énergie. En plus des céréales et des pommes de terre, il faut assurer de lui donner les fruits et légumes, des légumineuses et des graines, un peu d’huile ou de graisse riche en énergie et surtout des aliments d’origine animale (produits laitiers, œufs, viande, poisson et volaille). Si votre bébé refuse un nouvel aliment ou le recrache, ne le forcez pas et essayez de nouveau quelques jours plus tard. Vous pouvez aussi essayer de le mélanger à un autre aliment que votre bébé aime ou de lui donner un peu de lait maternel.

De 12 à 24 mois :

À 12 mois, votre petit a fêté son premier anniversaire ! À cet âge, son système digestif n’est plus immature et il est capable de mâcher grâce à ces dents donc vous pouvez intégrer plus de morceaux dans son alimentation. Des changements principaux dans l’alimentation de votre enfant doivent être faits. Il faut augmenter d’abord la dose de protéines à 30 g/ jour, bien que le lait reste toujours sa source principale de protéines animales. Il est capable de consommer de la viande, des poissons et des œufs cependant quant aux fruits de mer, il faudra attendre jusqu’à ses 18 mois. De même, à partir de cet âge, vous pouvez intégrer le sel et le poivre à l’alimentation de votre enfant mais attention c’est juste pour la cuisson ! 

De plus, il est important que le nourrisson consomme des fruits en morceaux sans oublier les légumes secs comme les lentilles, les pois chiches, les haricots secs, …etc. L’intégration des céréales infantiles dans leur alimentation est également requise pour les besoins énergétiques comme le riz par exemple. 

À l’âge de deux ans, le nourrisson a tendance à s’opposer et refuser des aliments nouveaux. D’où il faut être patient et lui représenter l’aliment. Beaucoup d’études ont montré que le fait de représenter l’aliment plusieurs fois va familiariser l’enfant avec l’aliment et donc il va le manger plus facilement. 

Enfin, il est conseillé de donner 100 ml d’eau/kg/jour pour les bébés d’un an à 3 ans, pensez à proposer un biberon d’eau toutes les 30 minutes surtout lorsqu’il fait chaud. 

Le repas doit toujours être une source de plaisir et non un combat. Éviter d’être autoritariste en lui disant: “termine ton assiette”. S’il arrête de manger c’est qu’il n’a plus faim. En fait, c’est à cette période-là que votre enfant va faire son répertoire alimentaire ; il va apprendre à découvrir et aimer les aliments donc la diversification est indispensable et importante en lui faisant connaître les légumes verts, le lait, les viandes, …etc.

Yasmine BELAIDI